1. Accueil
  2. /
  3. Découvrir
  4. /
  5. Puys de Mur et Pileyre

Puys de Mur et Pileyre

L’entité paysa­gère du puy de Mur (plateau et flanc) comprend un vaste espace d’environ 2 790 hectares à cheval sur les communes de Dallet, Mezel et Vertaizon.

Il comprend :

  • un espace agri­cole en déprise avec quelques parcelles plan­tées en vigne
  • sun espace boisé
  • une carrière de basalte en fin d’exploitation.

Le puy de Mur, compris entre la première et la deuxième couronne de l’agglomération cler­mon­toise constitue un espace naturel de proxi­mité pour une popu­la­tion de 6 300 habi­tants, en forte crois­sance sur les quinze dernières années.

Situé en rive droite de l’Allier, le puy de Mur est un élément topo­gra­phique isolé du grand site qu’est la chaîne des Dômes. Tout comme ses voisins le puy Saint-André et le puy Saint-Romain plus au sud, ce relief marque de son empreinte le terri­toire de l’est cler­mon­tois et se carac­té­rise par la vue qu’il offre aux prome­neurs à 360°.

Longtemps voué à la pâture, le plateau a une richesse patri­mo­niale de grande impor­tance en raison de la présence de nombreux vestiges archéo­lo­giques, d’un site Natura 2000 mais égale­ment de la Chapelle romane Sainte Marcelle. Fort de ses 60 hectares, le puy de Mur a souvent été délaissé des archéo­logues au profit d’autres sites comme Gergovie ou Corent. Et pour­tant, le résultat de fouilles indique l’existence :

  • d’une motte féodale cernée par une enceinte qui, avec 1,5 km de long serait la plus longue connue à ce jour en Auvergne,
  • de zones d’activités proba­ble­ment liées à un habitat allant du Néolithique au Moyen-Age.

Le puy de Mur est donc une mine de rensei­gne­ments pour l’histoire humaine en Limagne depuis 5 000 ans au moins, d’un point de vue aussi bien poli­tique, qu’économique ou culturel.

La Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Auvergne a inscrit l’oppidum à l’inventaire supplé­men­taire des monu­ments histo­riques par arrêté du 14 juin 2002. Ces vestiges ont été mis à mal par l’exploitation de la carrière de basalte dont l’activité a repris depuis près de 2 ans après environ 5 ans d’arrêt. Aujourd’hui, cette acti­vité laisse une exca­va­tion de 30 mètres de profon­deur sur 6 hectares mais aussi des orgues basal­tiques de toute merveille.

Conscientes de la richesse patri­mo­niale du puy de Mur, la Communauté de Communes, en asso­cia­tion avec la commune de Vertaizon a lancé, en 2006, une réflexion qui a abouti à la label­li­sa­tion d’un péri­mètre de 367 hectares, incluant égale­ment le puy de Pileyre (Chauriat et Vertaizon) au titre des « Espaces Naturels Sensibles d’Initiative Locale » obtenu en décembre 2007 par le Conseil dépar­te­mental du Puy-de-Dôme. La zone faisant l’objet d’une demande de clas­se­ment en Espace Naturel Sensible corres­pond :

  • aux zones clas­sées agri­coles et natu­relles soit 400 ha
  • aux espaces boisés classés soit 100 ha
  • à la zone de carrière soit 6 ha

Cette label­li­sa­tion implique la mise en place d’un plan de gestion quin­quennal dont la réali­sa­tion a été confiée en 2012 au Conservatoire des Espaces Naturels d’Auvergne. La program­ma­tion a été présentée et validée par le Conseil général en avril 2013 et comprend les quatre grands types d’actions suivantes :

  • GH : gestion des habi­tats et des espèces à 11 actions
  • FA : fréquen­ta­tion, accueil et péda­gogie à 3 actions
  • SE : suivi écolo­gique à1 action
  • AD : suivi admi­nis­tratif à 2 actions

La première action rela­tive à « l’aménagement du sentier de randon­nées « Autour du puy de Mur » a été lancée en octobre 2013 grâce aux finan­ce­ments du Département et de l’Europe (FEADER) et permettra d’installer sur le parcours, au plus tard pour le mois de septembre :

  • Six panneaux théma­tiques sur : la faune, la flore, le patri­moine rural, l’archéologie, la géologie et les milieux natu­rels,
  • Deux tables paysa­gères au sommet du puy de Mur

Des étiquettes permet­tant d’identifier diverses espèces d’arbres.

Téléchargements

pdf - 1Mo

pdf - 3Mo