1. Accueil
  2. /
  3. Découvrir
  4. /
  5. Puys de Mur et Pileyre

Puys de Mur et Pileyre

Surplombant les communes de Mur-sur-Allier (Dallet/Mezel) et Vertaizon pour le puy de Mur ; Chauriat et Vertaizon pour le puy de Pileyre, ces deux buttes volca­niques se situent dans la plaine de la Limagne à l’est de l’agglomération cler­mon­toise et de la rivière Allier que le puy de Mur domine. Ils appar­tiennent à une entité plus large d’un ensemble de collines (puy Benoît, Petit et Grand Turluron) du nord-ouest de Billom Communauté.

L’entité paysa­gère du puy de Mur (plateau et flancs) comprend un vaste espace d’environ 2 790 hectares et ce sont 368,8 hectares au total que le Département a retenu, en 2007, pour label­liser le site « Espace Naturel Sensible d’Initiative Locale (ENSIL) » : 325,6 pour le puy de Mur et 43,2 pour Pileyre. Une belle recon­nais­sance pour le terri­toire et les élus qui ont voulu, par ce label, préserver la biodi­ver­sité, améliorer la connais­sance scien­ti­fique du site tout en le valo­ri­sant pour permettre un accueil du public.

Le puy de Mur comprend

  • un espace agri­cole avec une acti­vité très présente sur de grandes parcelles, on notera égale­ment quelques parcelles plan­tées en vigne
  • un espace boisé
  • une carrière de basalte en fin d’exploitation qui laisse une exca­va­tion de 30 mètres de profon­deur sur 6 hectares mais aussi des orgues basal­tiques de toute merveille.

Il constitue à la fois un espace naturel de proxi­mité pour les habi­tants et un élément topo­gra­phique isolé du grand site qu’est la chaîne des Dômes. Ce relief marque de son empreinte le terri­toire de l’est cler­mon­tois et se carac­té­rise par la vue qu’il offre aux prome­neurs à 360°, notam­ment sur la Chaîne des Puys/Faille de Limagne, clas­sées au patri­moine mondial de l’UNESCO.

Longtemps voué à la pâture, le plateau a une richesse patri­mo­niale de grande impor­tance en raison de la présence de nombreux vestiges archéo­lo­giques, d’un site Natura 2000 mais égale­ment de la Chapelle romane Sainte Marcelle. Le puy de Mur a souvent été délaissé des archéo­logues au profit d’autres sites comme Gergovie ou Corent et pour­tant, le résultat de fouilles indique l’existence :

  • d’une motte féodale cernée par une enceinte qui, avec 1,5 km de long serait la plus longue connue à ce jour en Auvergne,
  • de zones d’activités proba­ble­ment liées à un habitat allant du Néolithique au Moyen-Age.

Le puy de Mur est donc une mine de rensei­gne­ments pour l’histoire humaine en Limagne depuis 5 000 ans au moins, d’un point de vue aussi bien poli­tique, qu’économique ou culturel.

La Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Auvergne a inscrit l’oppidum à l’inventaire supplé­men­taire des monu­ments histo­riques par arrêté du 14 juin 2002.

Après la label­li­sa­tion de 2007, la Communauté de Communes a travaillé sur la rédac­tion d’un premier plan de gestion qui a été mis en œuvre entre 2013 et 2017. Celui-ci a notam­ment vu la créa­tion d’un sentier de randonnée avec l’installation de panneaux théma­tiques, de deux tables d’orientation, d’un arbo­retum ou encore d’un verger péda­go­gique, sans compter la réali­sa­tion des suivis d’orthoptères, coléo­ptères ou chiro­ptères (chauves-souris).

Après une première évalua­tion, un deuxième plan de gestion a été élaboré en 2018/2019 et a abouti à une program­ma­tion décen­nale autour des actions prin­ci­pales suivantes :

  • Entretien de pelouses, prai­ries, ourlets humides, verger, arbres têtards
  • Suivis floris­tiques, des papillons, de l’avifaune, des chiro­ptères, des coléo­ptères
  • des actions de concer­ta­tion, de sensi­bi­li­sa­tion, d’animation grand public et scolaires.

Téléchargements

pdf - 1Mo

pdf - 3Mo